Tous mobilisés, y compris le Canada et l'Angleterre

Les salariés de TIRU se mobilisent : des courses sont organisées sur tous les sites de TIRU. En France, au Royaume-Uni et au Canada, les collaborateurs courent sous les couleurs de RUN ECO TEAM afin de faire essaimer le concept.

Villefranche-sur-Saône : Ils ramassent des déchets en courant

Villefranche-sur-Saône - ils ramassent des déchets en courant

« 25 «runners » ont participé à une action symbolique ce vendredi matin au bord de la Saône, organisé par l'entreprise TIRU, qui exploite l'usine d'incinération. 

Sous la bannière de l'association « Run Eco Team » , le principe consistait à courir voire à marcher pour les moins sportifs... tout en ramassant les déchets rencontrés sur son chemin.

(...) Encouragés par leur président, Jean Paul Chémarin qui voit la : « l'occasion de donner de la visibilité à nos actions quotidiennes et de montrer la complémentarité entre le syndicat et l'exploitant. 

Au travers de telles actions, l'équipe TIRU se mobilise pour faire passer un message fort: « le déchet est une ressource. Chacun doit contribuer à sa récupération. »  

www.leprogres.fr

Les Foulées de Saint-Amandinoise : Quand le jogging du dimanche matin devient « écolo »

« L’entreprise TIRU, une filiale du groupe EDF, qui gère notamment le fonctionnement de l’incinérateur de Douchy-les-Mines, va assurer une action de sensibilisation à l’environnement

(...) L’idée : s’ils trouvent des déchets, ils sont invités à les mettre dans leur musette. À l’arrivée, ils pourront immortaliser leur trouvaille et la poster sur la page Facebook du Run Eco Team, l’association ayant lancé cette initiative au niveau national et avec laquelle TIRU est partenaire. 

« On trouvait l’image très belle. Le projet a même été soutenu par Mark Zuckerberg (le patron de Facebook), s’enthousiasme Féréol Mazard, directeur régional de TIRU. Et ça permet aussi de sensibiliser au geste du tri ».

« On explique que le déchet qui se trouve au bord de la route peut produire de l’énergie pour le territoire (la chaleur produite par l’incinérateur est par exemple réinjectée dans le réseau de chauffage à Douchy), poursuit Féréol Mazard. Pour cela, il faut le mettre dans la bonne filière. »